Les plantes non-cultivées comestibles : Précautions et conseils de cueillette

Ce qu’il faut savoir avant de partir en cueillette

Cueillir uniquement les plantes que vous connaissez

On ne s’improvise pas cueilleur.  Le premier conseil et le plus important : acquérir les connaissances de base nécessaires à l’identification des plantes comestibles.

Il existe de nombreux ouvrages spécialisés, de nombreux sites internet ( comme TELA-BOTANICA ) et des applications smartphone ( comme plantnet ) ou des groupes Facebook (en Corse, Arburi è Fiori di Corsica) qui peuvent vous aider. Heureusement il existe quelques plantes faciles à identifier comme par exemple l’ortie, la mûre sauvage ou le trèfle, vous pouvez commencer par là.

Petit livret gratuit à télécharger pour les débutants sur connectedbynature.org: À la rencontre des plantes sauvages comestibles

 

L’apprentissage sur le terrain est le moyen idéal pour apprendre les bases. L’association ANA est à votre disposition pour vous aider et organise des balades pour les groupes sur demande, n’hésitez pas à nous contacter.

Préserver la nature

Il est interdit de cueillir dans certains espaces protégés comme les réserves naturelles (Liste des réserves naturelles en Corse).

Il est interdit de cueillir les plantes  protégées ( voir notre article Réglementation de la cueillette des végétaux non cultivés en Corse).

Connaître les principales plantes toxiques

On cueille pour se nourrir, pas pour se rendre malade.

Il vous faudra connaître les confusions possibles entre plantes comestibles et plantes toxiques. L’exemple le plus cité est celui de la confusion entre la Cigüe (extrêmement toxique) et la carotte sauvage comestible (Daucus carotta) qui sont de la même espèce botanique (les Apiaceae) et poussent souvent aux mêmes endroits (François Couplan, ethnobotaniste de renom, les appelle les belles dangereuses). Centre Anti-Poison de Marseille : 04 91 75 25 25

Donc, dans le doute, on s’abstient !

Le matériel à emmener en cueillette

  • Vêtements et chaussures confortables et adaptées aux sorties en pleine nature.
  • Un grand sac en tissu ou un panier
  • Plusieurs sacs en papiers (chaque plante récoltée dans un sac différent, pas de sacs en plastique qui étouffent et abîment les plantes).
  • Gants de protection (de jardinage ou de vaisselle)
  • Sécateur, ciseau ou canif
  • De quoi noter (cahier, stylo, smartphone)
  • De quoi prendre une photo (appareil photo, smartphone)
  • De quoi vous aider à identifier la plante ( livre, notes, application smartphone)

 

 

Pendant la cueillette,

Conseils de base

  • Cueillir la plante en évitant de la déraciner
  • Cueillir uniquement les parties dont on a besoin
  • Si vous trouver un endroit où certaines plantes sont abondantes, il ne faut pas tout ramasser. Il est recommandé de ne jamais cueillir plus de 30% des plantes présentes pour leur permettre de continuer à grandir et à se développer.
  • Observez les plantes avec tous vos sens, touchez-les, sentez-les, regardez-les, goûtez-les si vous êtes sûr de leur identification et de la propreté du lieu.
  • On évitera les lieux potentiellement pollués comme les bords de route, les zones cultivées, les zones industrielles, décharges, etc… Pour vous aider à localiser d’anciens sites industriels, la base de donnée  de Géorisques : Inventaire historique des sites industriels et activités de service

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *